Les idiophones de la préhistoire

Les idiophones forment certainement la famille instrumentale la plus représentée et la plus jouée dans le monde. Cette famille rassemble les instruments qui ne sont ni à cordes (cordophones), ni à membrane (membranophones), ni à vent (aérophones). Les matières végétales, animales ou minérales, sont utilisées pour leur son propre. Le terme idiophone vient du grec idios, « soi-même ». Nombre de ces instruments présentent une structure simple, et c’est la totalité de l’instrument même (idio-) qui vibre, qui produit le son (phone).

prehistoire-musique-idiophones

Art pariétal de plein air.

Au Paléolithique, les groupes humains s’installent dans des milieux propices au développement de la faune et de la flore, notamment à proximité de cours d’eau et dans les abris-sous-roche.

Aris SPYROPOULOS nous présente 7 sites d’art pariétal en plein air du paléolithique : Rocher de Fornols, Abri du Roc aux Sorciers, Chaire à Calvin, Roc-de-Sers, Abri de Cap Blanc, Abri Reverdit, Abri de Laussel

art-parietal-plein-air

De l’art de Fontainebleau

Au sud de Paris, la région d’Île-de-France est occupée par un ensemble de chaos gréseux dénommés par commodité « massif de Fontainebleau ». Nous y trouvons des cavités dont certaines présentent un art rupestre avec des positions chrono-culturelles variant du Paléolithique aux périodes historiques

art-fontainebleau

De l’animisme à l’athéisme.

Ce titre est provocateur.  C’est un sujet peu commun qui, pourtant, touche chacun d’entre nous, dans ce qu’il a de plus intime… Rassurez-vous, je ne veux choquer personne, cibler aucune croyance, aucune religion. La foi est une option individuelle dans laquelle je me garderai bien d’intervenir. La science, qui étudie le réel, le démontrable, n’a pas pour but d’aborder les problèmes de foi, pas plus, à l’inverse, que la métaphysique ne peut s’emparer des problèmes scientifiques

animisme-atheisme

Le temps des préhistoriques.

Le temps est un sujet rebattu : tout le monde en parle, les philosophes, les sociologues, les psychologues les biologistes, les physiciens, tous ont écrit des centaines de milliers de pages sur le temps. C’est une notion que chacun éprouve sans arrêt : le temps qui passe, qui s’écoule quoi de plus banal. Et pourtant personne n’est capable de le définir clairement, ce que l’on éprouve c’est la durée des évènements, mais d’autres acceptations existent : le temps de l’esprit, le temps jadis, le temps passé indéfini « il était une fois », les cycles biologiques….

temps-en-prehistoire

Pour écouter la conférence d’Alain, cliquez ici.

Le cannibalisme

J’ai été un peu étonné le jour où Le président de la SERPE, René Mottet, m’a suggéré d’aborder le sujet du cannibalisme (d’autant que je savais qu’il a toujours trouvé son épouse, Huguette, mignonne à croquer…)
Je décidai pourtant d’en parler (pas d’Huguette mais du cannibalisme !). Alors lançons nous…

Cannibalisme

Si vous voulez écouter la conférence, d’Alain, cliquez ici.

L’oppidum d’Entremont

Notre histoire pourrait commencer en 600 avant notre ère quand les Grecs viennent fonder Massalia sur le littoral provençal.
La légende raconte que Gyptis, la fille du roi des Ségobriges, lors d’un banquet, délaisse ses prétendants gaulois et offre la coupe nuptiale au prince grec Protis à qui son beau père offre l’emplacement pour créer la nouvelle ville.

entremont-alain-Lambrecht

L’abri du Croc-Marin

Fouillé à différentes reprises entre 1873 et 1891, l’abri du Croc-Marin a livré des vestiges archéologiques allant du Paléolithique supérieur aux temps modernes ce qui ne donne pas d’indice chrono- culturelle concernant l’ensemble peint..
Par le style de sa représentation animalière et de ses motifs non figuratifs, l’ensemble peint du Croc-Marin ne se compare à aucun site d’art rupestre dont l’attribution chrono-culturelle soit définie.

Croc-Marin

Vous pouvez également feuilleter le diaporama en cliquant ici.

Représentations féminines

Mon intérêt pour les « Vénus » paléolithiques n’est pas nouveau. De nombreuses observations des parois gravées et/ou peintes, d’objets, parfois inédits, et des lectures diverses et variées m’ont amené à formuler des hypothèses bien étayées sur l’interprétation de ce chapitre de l’art préhistorique. Associant l’art, le mimétisme et l’animisme, je propose donc une lecture originale de certaines représentations de ces « principes féminins », dans la forme, dans le fond et les croyances probables que cela induit.

venus-article-serpe

Sacralisation des objets d’art mobilier.

L’art paléolithique est sacré, qu’il soit pariétal, mobilier, sur bloc et dans la statuaire. Ces diverses techniques se complètent.

L’art n’est jamais gratuit, il répond aux besoins et attentes des groupes humains tentant d’influer, faute de le comprendre, sur le monde spirituel, le monde- autre, ce monde accessible seulement par les officiants, que nous nommerons, par facilité : les chamans.

article-serpe-2009sacralisation-des-objets-d’art-mobiliers

Les sorciers dans l’art

Vaste et délicat programme que de parler des sorciers de la préhistoire !
En premier lieu il faut définir le terme de sorcier.
En ce moment, le mot « chaman » est beaucoup plus utilisé que celui de sorcier, bien qu’il désigne la même fonction dans un groupe humain qui pratique l’animisme.
Seront prises en compte les représentations pariétales, mais aussi celles de l’art mobilier.

Les_sorciers_de_la_prehistoire_dans_lart

La grotte du bison

La grotte du Bison est située tout près de la célèbre grotte de Bernifal et des grottes satellites de Sous-Grand-Lac, Viel Mouly II, La Calevie, Cazelle et Nancy, cette cavité fut connue de tous temps comme en témoignent les vestiges paléolithiques et les agencements médiévaux troglodytiques de l’entrée. Son nom de « grotte du Bison » n’est dû simplement qu’à la découverte d’un partiel massacre de bison dans les fouilles de l’entrée de la cavité. De récentes découvertes permettent d’ajouter cette cavité à l’inventaire des « grottes à tectiformes » renforçant l’idée de signes particuliers comme marqueurs ethniques.

La_grotte_du_Bison_Meyrals_Dordogne_Du_n

La grotte de Comarque

Les gravures de cette belle grotte au cœur du Périgord noir ont été reconnues la première fois par P. Paris et H. Breuil en 1915.
Rendue célèbre par un fabuleux cheval en bas relief dans le style des chevaux sculptés de l’abri de Cap Blanc situé juste en face, cette cavité fut l’objet de plusieurs études au fil du temps (voir bibliographie), mais notre présente étude ne concerne que la figure à droite de l’entrée actuelle que nous pensons être une composition.

Grotte_de_Comarque_Dordogne_un_panneau_l

Alain Lambrechts

Notre ami, Alain Lambrechts, a longuement hésité devant la proposition de certains adhérents qui lui avaient suggéré de faire un livre à partir de ses publications présentées depuis 2005 lors des Assemblées Générales de Lithos.

Visualiser les conférences sur Youtube

Devant les difficultés d’édition (qui nécessitent un éditeur, des capitaux, des relectures, un réseau de distribution…) Il a préféré enregistrer ses conférences et les mettre sur YouTube. Vous pouvez les retrouver en cliquant ici.

Visualiser et télécharger les conférences

Vous pouvez visualiser les différentes conférences d’Alain, vous pouvez également les télécharger en cliquant sur les trois points en bas de l’écran de visualisation à droite.

2005
Le levant espagnol
2006
les menhirs du Mont Lozère
2007
le mythe du taureau
2008
La montagne sacrée
2009
L’oppidum d’Entremont
2010
Statistiques en préhistoire
2011
Les signes du Placard
2012
Lithos préhistorique
2013
Les origines du langage
2014
Les vénus préhistoriques
2015
L’ADN et la préhistoire
2016
Sauver la planète
2017
la saga des ancêtres
2018
Les migrants de la préhistoire
2019
L’homme préhistorique et l’environnement
2020
De l’animisme à l’athéisme

Pour les allergiques à internet

Alain a recopié sur un  DVD  toutes  ces présentations  et celle qu’il présentera cette année (De l’animisme à l’athéisme) , qui n’est pas encore sur YouTube.

Il tiendra à votre disposition ce DVD (10€)  lors de l’AG 2020 de Lithos  (du 20 au 24 mai)

Visites de l’AG 2019

Jeudi, 10 heures
Nous nous sommes retrouvés pour une visite de la grotte de Cougnac. Séparés en deux groupes à cause du nombre important de participants, nous avons pu découvrir ou redécouvrir pour les plus anciens, cette magnifique grotte et ses innombrables trésors, tant géologiques qu’artistiques. Les explications toujours passionnantes de nos guides, Francis et Pascal, nous ont permis d’en lire ses peintures et d’en percevoir ses mystères.

Nous avons ensuite pique-niqué près de la grotte sous la houlette de Huguette, toujours attentive à ce que chacun ne manque de rien, et que les horaires soient bien respectées !

Jeudi, 16 heures
Visite de la grotte de Bernifal.
Toujours scindés en deux groupes, nous avons eu l’honneur et le privilège de profiter de la présence et de l’œil avisé de Maurice, propriétaire de ce lieu magique. Une visite quelque peu « traditionnelle » dans la forme, qui nous a régalés tant par son authenticité que par ses connaissances.

Le soir, dîner au Carbonnier avec un accueil toujours souriant et bienveillant. Après l’apéro Caliente Caliente, au menu ce soir là, moules frites, et fraises chantilly, parfait !

Vendredi, 10 heures
Vésone, le musée Gallo-romain de Périgueux, la « domus des bouquets », visite de l’exposition « Les Pétrocores ».Avec l’aimable participation du commissaire de l’expo, notre ami Christian Chevillot nous avons pu entrer dans la vie des Pétrocores, autrement dit nos ancêtres les gaulois, au travers des fouilles de l’oppidum du Camp de César-La-Curade et d’Ecorneboeuf (Coulounieix-Chamiers), de Saint-Georges (Périgueux). Puis nous avons découvert la Domus des Bouquets, villa à la mode Romaine, dont le site de fouille est transformé en musée.

Au fil de la promenade nous avons pu observer les ruines de la villa, ses peintures, ainsi que tous les objets ayant participé au quotidien de ses habitants. Un voyage chez des ancêtres mal connus mais passionnants.

Notre hôte nous a ensuite emmenés, dans une pagaille certaine, sur les bords de l’Isle où le bac de Campniac offre un voyage dans le temps… utilisé à l’époque antique pour relier la cité de Vesunna à l’oppidum de la Curade. Nous y avons pique-niqué dans l’herbe avant de repartir pour le centre ville, direction le musée du Périgord.

Vendredi, 15 heures
Musée du Périgord.
en présence de notre ami Michel Soubeyran ancien conservateur du musée qui, avec infiniment de gentillesse a su répondre à nos questions sur ces collections. Nous avons pu ensuite, au grès de nos déambulations dans les musées, croiser deci-delà nos camarades somnolant dans le cloitre ou coincés dans les fauteuils facétieux du rez-de-chaussée !

Après une petite visite du magnifique centre de Périgueux et de sa cathédrale, retour au Carbonnier : apéritif toujours Caliente Caliente avec toute la troupe, nous avons fêté les anniversaires de Mado, Elizabeth et Valérie, puis dégusté une Paëlla, animée de discussions passionnées, car le préhistorien amateur est certes ouvert au dialogue mais reste véhément pour défendre ses convictions !

Assemblée générale 2019

Comme chaque année, l’équipe des Lithossiens s’est retrouvée pour quatre jours d’échange et de partage autour d’une passion commune, la préhistoire, ses traces, ses vestiges.

Dans la bonne humeur, Pascal a fait un état détaillé des comptes de l’association. Dans les grandes lignes, nous pouvons retenir une baisse des dépenses car il n’y a plus de salarié de l’association. Les animations en direction des scolaires se portent bien, et l’activité des bénévoles au Roc-de-Cazelle apporte une manne financière utile à l’association.

Le budget étant en équilibre, les comptes sont adoptés à l’unanimité et nous félicitons et donnons quitus au trésorier.

Activité « Centres d’accueil » et classes « patrimoine » :

Nos séjours culturels à thèmes,


Ouverts aux membres à jour de leurs cotisations, ces séjours culturels ont été appréciés :
*En Février, * congrès des guides : Foz-Côa. Toujours le même succès et des échanges très positifs.

13-14 octobre Chauvet, 24 personnes ont pu visiter le fac-simile dans de très bonnes conditions avec la responsable et amie, Valérie Mollés.
Tous ces séjours se sont parfaitement déroulés et ont comblé les participants.
Divers : Nous collaborons toujours avec la Wisdom University .
Les conférences :
*Nous avons donné plusieurs conférences, notamment aux Eyzies-de-Tayac.
*Bergerac
*La Serpe
*Lithos.

Nos rapports avec d’ autres associations culturelles :

Toujours d’excellents rapports avec la SERPE des Eyzies, le GERSAR de Fontainebleau, PSO du Lot, l’association Racines, la SMSP de Toulouse, la SAMRA des Eyzies. Notre site Web réactualisé par l’ami Gerard Doidy a un grand succès et passe régulièrement les informations de ces associations amies.

Publications :

Plusieurs publications d’articles dans les revues spécialisées.
Roc de Cazelle :
Toujours chargés de faire l’animation culturelle et pédagogique (animations d’ateliers spécifiques), ce qui, outre l’aspect d’éducation populaire indéniable fait partie de nos actions de conservation. En effet pour les milliers d’enfants et d’enseignants en ayant bénéficié, le fait de « toucher » et de manipuler les matières premières, ocres et charbon, les emmène à ne plus avoir envie de toucher, donc de détériorer, les originaux dans les sites qu’ils visitent.
Nos actions sont animées par des bénévoles.
Cette année, 2 283 journées/ateliers et tous les après midi de Juillet et Aout.
Nécrologie
Pascal rend hommage aux amis qui nous ont quittés cette année : Henry Stalens, Pierre Racine, Alain Moncelon ainsi que Jean-Luc Zimmerman, guide de Pech Merle.

Ces disparitions nous amènent inévitablement à promouvoir de nouveaux membres au Conseil d’Administration, Mmes Mado Villet, Valérie Lambrecht et Mr Eric Teyssadou, sont proposées et cooptés pour le Conseil d’Administration de l’an prochain.

Projet de voyages :

*Grotte Chauvet et Aven d’Orgnac, un quatrième séjour probable.
*Fin janvier 2020, Congrès international des guides et personnels des grottes ornées et sites préhistoriques en Ariège.
*L’Andalousie et/ou le Portugal.
Le rapport moral est adopté à l’unanimité.
Après l’élection du conseil d’administration et des membres du bureau, l’AG est déclarée close à 21h30…
Et comme toute bonne histoire de gaulois, cette Assemblée Générale 2019 s’achève par un banquet convivial !

Valérie Lambrecht

Voyage : La Maremma et les Etrusques.

Un voyage exceptionnel pour découvrir le cœur de la terre de ces mystérieux Etrusques, «les plus religieux des Hommes» selon Tite-Live.

Avec ses plus beaux sites et monuments mythiques vous découvrez ses secrets intérieurs. Ce voyage va vous amener à la découverte d’une grande civilisation à l’origine de la nôtre, résultante d’une histoire cohérente et dans la trame de laquelle s’enracine notre présent…

Dès le VIIIe siècle avant notre ère, les Etrusques vont développer en Italie méridionale une culture raffinée, dont subsistent des milliers de riches tombes dont certaines peintes de fresques étonnantes, reflet de leur vie quotidienne. Les Etrusques, trop méconnus, appartiennent sans aucune contestation à une des premières grandes civilisations européennes, dont les Romains ont emprunté une majeure partie de la leur.

Lire la suite…

Des grottes ornées du Quercy

Conférence de Michel Lorblanchet, du vendredi 1er mars, au Cinéma Le Paris, à Souillac programmée par « les amis du Piage » . (Compte rendu de Jocelyne Ortega.)

(Cliquez sur la photo pour la voir en plus grande taille).

M. Lorblanchet, nous a donné une interprétation personnelle des « femmes-bison » (en rappelant celles de Lemozzi et de Leroi Gourhan). Il a fait un rapprochement avec une voûte constellée de stalactites en forme de seins, marquées de points rouges et noirs, ainsi qu’avec l’Arthémise d’Ephèse.Il nous a présenté et commenté des gravures de la grotte de Roucadou (sur le Causse de Gramat), des figures gravées de « monstres » de la Grotte de Pergouset (St.Géry), animaux imaginaires, qui seraient, d’après lui, « en voie de création », la grotte étant « parturiante de vie » (mythe de la genèse de la vie). D’autre part, il nous a, aussi, fait découvrir dans cette grotte de nombreuses figures « réalistes »: tête de biche, bison, esturgeon, bouquetin…

A la Magdeleine, nous avons admiré des figures féminines de « nus allongés », préfigurant de façon étonnamment moderne « Olympia » de Manet ou la « Maja desnuda« ; j’y ai vu un possible « Matisse »…Nous avons poursuivi cette présentation avec La Grotte Garriot (à Bouziès); où se trouve peinte en rouge une figure fantastique « anthropomorphe » avec tête de cervidé (comme dans la Grotte du Tuc d’Audoubert). Photo-relevés : monstres du Tuc, R. Begouen.


La petite grotte de La Magdeleine des Ablis se trouve à Penne, dans le Tarn.
Avec ses 18 m. de profondeur, la grotte-abri laisse passer la lumière du jour jusqu’aux gravures.

Les gravures et sculptures furent trouvées en 1950 par M. Bessac. Il s’agit de sculptures de 2 femmes exceptionnelles, de véritables odalisques, uniques dans l’art paléolithique. L’une d’elle semble associée à un bison, l’autre se trouve sur la paroi opposée, elles se font face à hauteur d’homme.

Se trouvent encore dans cette grotte un magnifique cheval et une autre silhouette féminine acéphale et beaucoup plus schématique. Pour les datations, le magdalénien moyen a été proposé ( +/- 13 000 BC), mais il est possible que cette datation soit trop « jeune » et que nous puissions reculer ces datations uniquement fondées sur le style. D’autre part, ces oeuvres ne sont pas homogènes et il est possible qu’un grand laps de temps se soit écoulé entre certaines d’entre elles.

Découverte de Lascaux

Des adolescents découvrent par hasard, en suivant leur chien, une cavité contenant des peintures rupestres. Ils alertent ensuite leur ancien instituteur.

Voici la reconstitution de cette fameuse découverte.

1940 – Découverte de Lascaux

Septembre 1940 : Découverte de la grotte de Lascaux. Des adolescentes découvrent par hasard une cavité contenant des peintures rupestres, avant d'alerter leur ancien instituteur. Voici la reconstitution de cette fameuse découverte. Source : Actualités françaises, 1948.

Publiée par Ina Histoire sur Mercredi 12 septembre 2018

Vous voulez en savoir plus sur cette découverte, lisez l’article de Brigitte et Gilles Delluc qu’ils ont publié en 2010 sur le Bulletin de la Société Historique du Périgord.

Pour découvrir la grotte de Lascaux aujourd’hui, cliquez ici.